POLARIS 2018 : Un départ dans l’incertitude

La nuit précédant le jour de notre départ, la tempête Eléanore a soufflé sur l’Ouest et le Nord de la France. Au cours de la nuit, le premier vol du long voyage vers Hobart était annulé pour cause de vent excessif. Dans l’incertitude le matin, je me suis quand même rendu à l’aéroport pour attraper l’avion de 6h05, premier vol d’une série de 4 qui m’amèneront à destination. Le vol n’a finalement pas été retardé de plus de 45 minutes et j’ai pu enchaîner les connexions prévues. Un premier vol de 55 minutes de Brest à Paris, puis un de 11h 30 jusqu’à Hong Kong où nous avons passé 11h en attendant le vol suivant. De là, nous avons pris l’avion pour un vol de 9 h vers Sidney en Australie et, de là, un vol de 2 h nous a enfin amenés à Hobart. Après près de 48 h de voyage, nous avons donc pu embarquer sur le tout nouvel Astrolabe pour la traversée. Nous devions partir le soir même mais des problèmes techniques avec le nouveau bateau nous ont fait reporter le départ de 36 heures. Nous naviguons donc depuis un peu plus de 2 jours, direction la base de Dumont d’Urville en Terre Adélie.

RIMG0028 2

Le nouvel Astrolabe a pris le relais cette année pour remplacer l’ancien Astrolabe qui ravitaillait la Terre Adélie et le patrouilleur Albatros qui opérait près des Terres Australes. Le confort est bien meilleur que ce dont nous avions l’expérience avec l’ancien Astrolabe. Bien que plus récent, le nouveau bateau met toujours à rude épreuve la résistance au mal de mer. Pour pouvoir se frayer un chemin dans les glaces, il n’y a pas de quille … et c’est donc un bateau qui roule beaucoup, tout comme l’ancien Astrolabe.

Mon collègue Pierre Chevaldonné (qui venait de Marseille) et moi nous sommes retrouvés à Paris pour le reste du voyage. Cette année, un troisième collègue nous rejoint dans le programme POLARIS. Jérôme Fournier vient du laboratoire de biologie marine à Concarneau et est en Terre Adélie depuis le début du mois de Novembre où il participe à un programme de recherche sur les oiseaux. Un fois que nous l’aurons rejoint, il passera une partie de son temps avec nous.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s