19 Décembre 2015 – Expérience de survie à 5˚C

Nous avons fait une première expérience de survie sur une espèce de vers. C’est l’espèce la plus abondante dans nos récoltes et nous avons déjà fait bien d’autres expériences dans le passé.

 

Continuer de lire « 19 Décembre 2015 – Expérience de survie à 5˚C »

11 Décembre 2015 – Essai du matériel en plongée

Aujourd’hui, nous avons fait une première plongée afin de tester le matériel que nous avons acheté pour la mission.

C’est la première fois que nous plongeons avec une combinaison sèche de cette épaisseur, avec en plus un vêtement chaud à l’intérieur. L’eau est froide, avec -1,8˚C mais nos gants épais qui rendent toute manipulation difficile sont aussi très bons pour nous isoler de l’eau très froide. Nous sommes descendus à 14 mètres de profondeur et avons fait un tour sous l’eau d’un peu plus de 20 minutes afin de tester notre lest en plomb pour compenser la faible densité de notre combinaison et du vêtement chaud à l’intérieur. Dans l’eau, des manchots nagent parfois autour de nous. Leur élégance dans l’eau offre un contraste saisissant avec leur démarche qui semble parfois maladroite sur la banquise.

Continuer de lire « 11 Décembre 2015 – Essai du matériel en plongée »

15 Décembre 2015 – Un peu de Science

Si vous vous souvenez un peu des objectifs du programme POLARIS, nous visons à comprendre si les espèces antarctiques ont encore assez de diversité pour pouvoir supporter l’augmentation de température qui s’annonce dans le cadre du réchauffement global. En effet, l’augmentation globale de température est particulièrement marquée au niveau des pôles. Ceci est d’autant plus important qu’en Antarctique, les espèces ne connaissent pas de variation importante de température depuis plusieurs millions d’années. La différence de température de l’eau de mer entre été et hiver sur la Péninsule Antarctique n’est que de 2˚C environ. Si les populations antarctiques sont isolées alors leur capacité à supporter une augmentation de température dépend de la présence dans les populations de variants génétiques (des mutants) capables de vivre à plus haute température. En effet, la vitesse d’apparition des mutations est faible par rapport à la vitesse de réchauffement. De plus, la plupart de mutations sont délétères et il faudrait toucher beaucoup de gènes.

Continuer de lire « 15 Décembre 2015 – Un peu de Science »

11 février – Olivier le plongeur à la rescousse ! (texte de Pierre)

 

photo 1
Olivier se prépare à plonger dans un trou aménagé dans la banquise non loin de la base.

Trois semaines que nous arpentons la banquise à Dumont D’Urville. Heureusement, pour nos échantillons, nous ne dépendons pas que des pêches que nous effectuons avec nos pièges. Nous avons essayé (et nous essayons encore) d’attirer les vers que nous cherchons dans toutes sortes de pièges toujours plus élaborés, mais rien à faire, ils ne sont pas attirés. Alors nous avons demandé à Olivier, le plongeur de la base, de nous aider. Olivier n’est pas seulement plongeur, il a de nombreuses autres tâches à DDU : docker, chaudronnier, etc. Sous l’eau, il peut percer, tronçonner, souder, filmer. Il faut savoir faire beaucoup de choses ici. Mais, en ce moment, c’est le seul qui soit habilité à plonger à DDU (il faut une autorisation spéciale).

 

Continuer de lire « 11 février – Olivier le plongeur à la rescousse ! (texte de Pierre) »